Votre article en ligne est-il lisible ou écrit en chinois ?

Ecrivez-vous en chinois lisible ?

Un des critères les plus importants quand vous rédigez un texte sur Internet, est de vous assurer de sa lisibilité. La question qui doit vous obséder est « Mon article est-il lisible ? ». De votre réponse à cette question dépendra si votre lecteur lira votre article ou le zappera ! Un article lisible augmentera aussi son référencement !

L’écriture d’un article est la base de toute activité pour écrire un blog pour le plaisir ou en vivre. Vous devez d’abord faire en sorte que vos lecteurs lisent votre article !

Ne faites pas cette erreur si vous voulez que vos articles soient lus !

C’est d’une telle évidence que vous devez ouvrir des grands yeux devant une telle banalité… mais vous avez tort de penser cela ! Je vous conseille de lire la suite.

La plupart des rédacteurs débutants font cette erreur de ne pas se pencher sur la lisibilité de leurs articles. C’est pour cela qu’ils échouent à attirer l’attention de leurs lecteurs, voire à ne pas gagner de l’argent en ligne.

Ils finissent par se décourager et par baisser les bras, voire par négliger leur blog ou pire abandonner une activité qui, avec un peu de patience et d’effort, aurait pu leur permettre d’avoir une seconde source de revenu, voire même, au bout d’un moment, de diriger un business rentable en ligne !

A la base de toute réussite sur le web, il y a l’écriture d’informations claires et lisibles. Sans cela, vous ne pouvez rien entreprendre sur Internet. Si vous ne voulez pas vous pencher sur les deux piliers d’une entreprise florissante sur internet : le référencement (objet de mon prochain article) et la lisibilité de vos articles : vous allez droit dans le mur !

Ne faites surtout pas l’impasse sur la rédaction et la lisibilité de votre contenu : les articles que vous écrivez sur votre blog ou votre site d’information, voire même si vous avez une boutique sur internet à vous en drop shipping ! Votre article doit être lisible.

Les différences entre un article lisible et… un article illisible !

En effet, écrire un article qui n’est pas lisible est l’erreur que font les personnes qui débutent sur Internet -et il n’y a aucune honte à être débutant(e) ! il faut bien commencer un jour tout comme je l’ai fait moi-même avant de devenir un expert du contenu et du marketing persuasif.

Cependant cela prendre du temps pour rendre votre article lisible, aussi « prévoyez de la sueur et des larmes » plutôt que de penser que vous allez améliorer votre lisibilité grâce un coup de baguette magique ! Vous y parviendrez avec l’expérience.

Fuyez ceux qui vous promettent que vous allez maîtriser l’écriture de contenu en une semaine. ! Cela reviendrait à vous vendre une voiture et qu’on vous dise qu’il vous suffire de vous mettre au volant pour savoir conduire instantanément… ou alors à vous assurer que pour apprendre une langue étrangère, il vous suffira d’écouter un CD ou un cours en ligne une fois pour maîtriser parfaitement la langue en question !

Dans tous les cas (que ce soit pour conduire une voiture, apprendre une langue étrangère, maîtriser la rédaction de contenu ou tout autre domaine d’ailleurs, il y a trois principes très simples à se rappeler : de la pratique, encore de la pratique et toujours de la pratique pour rendre votre article lisible !

Evitez la familiarité pour rendre votre article lisible !

Le premier conseil est de vous adresser directement à votre lecteur comme s’ll était en face de vous et d’employer le « vous » plutôt que le « tu » pour lui écrire. Personnellement, je préfère le « vous » quand je ne connais pas une personne. Le vouvoiement me semble plus poli et instaure une distance respectueuse entre vous et votre lecteur.

Si vous préférez adopter le tutoiement, libre à vous mais je vous le déconseillerai si les personnes sont plus âgées que vous et que ne les connaissez pas, notamment avec les personnes de plus de quarante ans qui risquent d’’être choquées si elles viennent peu ou n’ont jamais lu votre article. Il risque d’être lisible brièvement !

Vous risquez de les perdre avant même d’avoir pu les fidéliser, voire même qu’elles abandonnent la lecture de votre article au bout de quelques minutes, voire de quelques secondes, notamment si votre tutoiement commence dès votre accroche (phrase d’introduction de votre article, qu’on appelle le titre en journalisme).

Je sais qu’il est de bon ton d’adopter des habitudes américaines pour paraître branché et capter l’attention de façon familière ; le « tu » (thou) existe en anglais mais il est rarement utilisé à part dans les textes sacrés comme la Bible ou des écrits anciens des siècles précédents !

Dans les pays anglophones, n’utilisant plus massivement que le « you », (l’équivalent du « vous » français), les personnes ont pris l’habitude, pour compenser la familiarité que permet le « thou », de s’appeler par leur prénom, y compris dans le milieu professionnel. Cette coutume a été, une nouvelle fois importée des Etats-Unis vers l’Europe et notamment en France où il est de bon ton à présent, de rapidement se tutoyer et de s’appeler par son prénom même entre patron et employé(e)s.

C’est vous qui voyez pour que votre article soit lisible !

Pour ma part, je préfère utiliser le « vous » dès le premier contact qu’il soit physique, par courriel, par téléphone et en particulier dans le domaine professionnel. Je le conserve assez longtemps, précisément dans le contexte du travail, que ce soit avec des lecteurs, des prospects ou mes clients.

Je trouve que le « vous » crée une distanciation salutaire qui est fondamentale dans le travail. Cela montre le respect que vous éprouvez envers certaines personnes mais est aussi une forme de politesse, valeur en voie de disparition hélas. De plus, cette courtoisie ne gêne en rien la lisibilité d’un article. 

Celui-ci sera lisible, aussi bien lu et peut-être même plus que si au premier abord, vous tutoyez des gens que vous ne connaissez pas ! Ils peuvent mal le prendre et abandonner la lecture de votre article aussi lisible soit-il ! Vous évitez ainsi le rejet a priori d’un texte qui vous a demandé peut-être du temps et de longues recherches plus un travail SEO (search engine optimization) dit d’optimisation afin que votre article soit bien référencé par les moteurs e recherche.

Il est aussi plus facile de passer du « vous »au « tu » en fonction des affinités que de transiter du « tu » ou « vous ». Je veux dire par là que le « tu » crée une familiarité et un rapprochement qui ne sont toujours pas judicieux dans des rapports professionnels. Par exemple : si un patron appelle son employé par son prénom, le tutoie, en fonction de la relation entre eux, il peut s’avérer difficile par la suite de lui donner des ordres ou de se faire respecter car le rapport d’autorité aura disparu !

Comme dirait le fameux proverbe ; « C’est mon avis et je le partage ! ». Maintenant, à vous de voir. Si vous estimez que votre message sera plus porteur, plus efficace, plus vendeur… employez le « tu ». De même, si vous vous adressez à une clientèle jeune, disons en-dessous de 40 ans qui a plus l’habitude du tutoiement pour les rasions données ci-dessus, employez le « tu ». c’est vous qui voyez !

Parlez à des idiots ou des génies ?

Un autre écueil qu’on rencontre, outre de rendre son site lisible, est son intelligibilité. Autrement dit, pour faire court : « mon lecteur, mon visiteur (ou mon auditeur pour webinaire ou une vidéo… comprend-il ce que j’écris, connaît-il tous les termes notamment techniques que j’emploie ! ».

L’intelligibilité d’un article, d’un post ou d’un message, est un autre écueil qui fait que, souvent, des visiteurs abandonnent la lecture d’un texte car tout simplement, ils ne le comprennent pas. Notamment, si vous écrivez des articles spécialisés dans un domaine particulier (marketing, médecine, santé naturelle, science…), faites attention à la l’intelligibilité de ce que vous écrirez pour que votre article soit lu.

Comprenez bien la différence bien que subtile entre « intelligibilité » et « lisibilité ». La lisibilité concerne le niveau de langage que vous employez : employez-vous un langage courant ou plutôt un français (ou tout autre langue) technique ?

Ainsi, le français utilisé dans un journal à scandale est très basique car s’adressant à un large public dont à des lecteurs n’ayant pas forcément fait de longues études, peut n’avoir qu’un vocabulaire très limité.

En revanche : une publication dans une revue scientifique concernant plutôt des gens cultivés ayant fait des études supérieures, ayant donc une connaissance supérieure de la langue, de sa syntaxe, un vocabulaire plus étendu… emploiera plutôt un français de plus haut niveau

Est-ce du français ou du chinois pour vous ?

L’intelligibilité est la capacité de rendre article intelligible pour que votre lecteur puisse comprendre les termes techniques que vous employez dans votre texte car il peut lire aisément les phrases que vous écrivez mais ne pas connaître tous les termes techniques que vous employez. 

Par exemple : connaissez-vous la définition de termes marketing comme : « community manager », « contenu à valeur ajoutée », « référencement organique », « génération de trafic », « tunnel de vente » …

Si ces termes vous sont familiers, alors vous êtes en mesure de… continuer à lire cet article et de progresser rapidement dans la rédaction d’articles ayant une bonne lisibilité et une excellente intelligibilité !

De même, vous pouvez avoir un haut degré d’expertise ou/et des connaissances profondes dans votre domaine et comprendre les phrases employées sur les sites concernant d’autres domaines autres mais ne pas connaître la signification de termes qui y sont utilisés.

Ainsi, si vous avez un diplôme ou une grande expérience dans le domaine de la santé mais si vous ne connaissez que peu de choses à la physique, à l’astronomie, à la spiritualité, à l’économie, vous aurez peut-être des difficultés à comprendre tous les termes spécialisés employés sur ces sites.

Même avec de la bonne volonté et que ces domaines vous passionnent, même si votre article est lisible, s’il y a trop de termes inconnus dans un texte que vous avez pourtant envie de lire :

  • soit vous abandonnerez vite sa lecture 
  • soit vous prendrez votre courage à deux mains pour aller chercher les définitions qui vous manquent.

Procurez du plaisir et pas de la souffrance à votre lecteur !

Cependant, dans ce dernier cas, même si vous avez soif de connaissances, vous finirez par baisser les bras et vous atteindrez, au bout d’un temps plus ou moins long, votre seuil limite de tolérance et vous reporterez la lecture de la suite de l’article pour souvent… ne pas la reprendre plus tard.

En effet, ce qui était, au début, un plaisir de lire un article sur un sujet qui pourtant vous passionne, pourrait devenir, consciemment ou inconsciemment, un chemin de croix pour décrypter tous les termes techniques inconnus !

Fondamentalement, l’être humain, vous comme moi, est mû par la recherche du plaisir et pas de la souffrance à part les personnes sadomasochistes aiment souffrir.

Or, je suppose que si vous êtes comme la plupart des individus et que, comme tout le monde, la perspective de souffrir ne vous excite pas spécialement ; alors la simple pensée d’avoir à vous imposer la suite d’une lecture pénible ne vous enchante pas particulièrement ! Alors…

  • soit vous retarderez le moment de continuer votre lecture, 
  • soit vous l’abandonnerez définitivement, 
  • soit vous essaierez de trouver un article plus facile d’accès.

N’écrivez ni pour des idiots ni pour des génies

En définitive, n’écrivez ni pour des idiots ni pour des génies. Cela veut dire qu’il ne faut pas employer un langage trop infantilisant comme si vous parliez à des enfants (si ce n’est pas votre public, évidemment !) mais pas non plus pour des génies !

Ne tenez donc pas un discours trop technique si vous vous adressez à un grand public sauf si votre cible une profession bien particulière qui connaît déjà les termes que vous employez !

Par exemple, si je vous dis : « Dans le cadre d’une démarche marketing, vous devez écrire un contenu à forte valeur ajoutée afin de bénéficier d’un bon référencement organique. N’oubliez pas non plus les outils de générations de trafic et d’insérer votre produit dans un tunnel de vente. Ne négligez non plus le rôle du community manager dans cette démarche marketing. ».

Si vous avez tout compris : bravo ! Cependant si vous devez ouvrir un dictionnaire pour certains ou tous les termes, j’aurai manqué mon but au niveau de l’intelligibilité du texte. Ce qui peut vous faire abandonner sa lecture et pire : ne pas vous faire lire mon offre et, encore plus désastreux, ne pas acheter mon produit (livre électronique, formation en ligne, produit physique…).

Aussi, si vous écrivez pour un public de spécialistes, par exemple, dans le marketing, ce ne sera pas la peine de leur expliquer ces termes ci-dessus car ils les connaissent déjà et vous prendront moins au sérieux. Ils penseront que vous êtes u amateur et ne connaissant pas leur domaine et ne vous feront pas confiance !

Ce qui est embêtant non seulement pour votre réputation mais aussi, et encore pire, si vous désirez leur vendre un produit, à cause de ce manque de confiance, ils ne vous accorderont pas de rendez-vous, refuseront de faire appel à vous si vous voulez leur proposer d’écrire pour eux (des formations, des livres numériques, des articles…). Plus désastreux pour vous et si c’est votre but : vous n’arriverez pas à leur placer vos produits physiques. Ce qui est embêtant si vous avez une boutique en ligne ou vivez de l’affiliation.

Dernier conseil si vous voulez vivre de votre activité en ligne

Si vous écrivez pour le grand public, même dans une niche (dans un secteur particulier), soignez votre lisibilité et votre intelligibilité. Pour la lisibilité, employez un vocabulaire courant et explicitez tous les termes techniques, à la suite de ceux-ci, entre parenthèses (comme je l’ai fait dans cet article) ou sans parenthèses.

Sinon, ajoutez des notes en fin de page ou un petit dictionnaire en explicitant tous les termes que vous avez employés dans le texte.

Je sais que cette façon de procéder en rendant votre article lisible demandera plus de temps que si vous écriviez d’un seul jet mais si votre but n’est pas d’écrire un roman mais de proposer vos productions (livres, formations, conférences en ligne, produits physiques…), cette façon de faire sera rapidement plus rentable pour vous !

Philippe Kerforne
Journaliste, coaching en marketing persuasif
« Changez mais restez vous-même ! »

Glossaire (tableau de termes marketing employés dans cet article)

  • Marketing : activité permettant de faire la promotion et d’assurer la vente de produits physiques ou virtuels
  • Community manager : responsable de la gestion des réseaux sociaux
  • Contenu à valeur ajoutée : écrits apportant des informations utiles à votre public et comportant les sources de ces informations.
  • Référencement organique : technique permettant de faire apparaître votr site dans les premiers rangs des moteurs de recherche.
  • Génération de trafic : procédé permettant d’attirer les visiteurs sur votre site
  • Tunnel de vente : programme commercial de vente destiné à engager le lecteur dans un processus aboutissant à l’achat du produit que vous vendez.

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *